—————-
Celui qui finit cet article et ne m’appelle pas pour me dire coach Ben, tu bois quoi norrr ? C’est que son coeur est noir nong ! Je vous dis en même temps je bois moi que le Matongo (vin rafia) donc après ne dites pas que hoo coach Ben, je ne savais pas ce que tu bois.😂
—————
Pour ceux qui ne me connaissent que tout récemment, il est bon de savoir que je suis pluridisciplinaire vous ignorez sans doute que je suis également chocolatier, et industriel. cliquez ICI pour en savoir plus sur moi. 
Si vous m’entendez parler beaucoup plus du négoce, c’est grâce à cette théorie économique qui a été développée en 1817 par un économiste britannique du nom de David Ricardo.
Pour ceux qui l’ont compris, on parlera de la théorie ricardienne.
En principe, ce cours est destiné à nos apprenants de négoce, car chaque négociant doit le connaître, c’est sur lui que je me base pour dire comment choisir son secteur d’activité dans le négoce. En plus, un négociant ne doit pas se contenter uniquement de gagner de l’argent dans les deux parties, il doit d’être un bon conseiller.
Il faut être en mesure de donner un conseil économique et stratégique à son client en sachant quoi dire et au mieux en orientant son client.
La suite du texte vous fera comprendre beaucoup de choses alors lisez jusqu’à la fin, car ce cours est étudié uniquement dans des hautes écoles de commerce et c’est sur cette méthode qu’est fondée les théories utilisées par L’OMC l’Organisation Mondial du Commerce.
l’économiste David Ricardo (1772-1823) dans son ouvrage  »Principes de l’économie politique et de l’impôt » publié en 1817 développe une théorie économique classique du commerce international.
C’est une évolution dans la continuité du philosophe et économiste britannique Adam Smith (1723-1790) qui avait développé la théorie de l’avantage absolu. Cette théorie veut que deux pays peuvent commercer, même si ces derniers n’ont pas d’avantage absolu différent.
Adam Smith développe qu’il faut produire là où on est le meilleur afin de commercer avec un pays ayant un avantage absolu. Je reviendrais sur cette théorie dans un futur article.
Laissons Smith tranquille, David Ricardo pense que deux pays ont toujours un moyen de commercer grâce à ce qu’il appelle  »l’avantage comparatif. »

David Ricardo va démontrer que même en l’absence d’avantages absolus, les pays tirent un profit de l’échange international. Un pays doit se spécialiser dans la production du bien pour lequel il dispose d’un avantage comparatif et échanger ce bien contre ceux qu’il ne produit pas. David Ricardo

Cette théorie stipule que, dans un contexte de libre-échange, si un pays se spécialise dans la production pour laquelle sa productivité est la plus forte (ou la moins faible) par comparaison avec ses partenaires, il accroît sa richesse nationale. On dit que pour cette production, il détient un « avantage comparatif ». En corollaire, il devra acheter les biens qu’il ne produit plus.
Selon cette théorie, chaque pays a intérêt à se spécialiser dans les secteurs d’activité où son avantage relatif en termes de productivité est le plus élevé ou bien où son désavantage est le plus faible. C’est-à-dire que, même s’il est moins productif que ses partenaires sur tous ses produits, il doit se spécialiser sur ceux où l’écart de productivité en sa défaveur est le plus faible (même si vous n’avez rien compris, ne vous en faites pas continuer à lire, vous comprendrez mieux par la suite).
EXEMPLE D’AVANTAGE COMPARATIF
Par exemple, Kouassi peut produire 600 kg de cacao dans sa plantation ou élever 600 poulets durant une année. Koffi, peut lui produire 500 kg de cacao dans sa plantation ou 250 poulets d’élevage durant l’année.
Kouassi a l’avantage absolu dans les deux cas, mais s’il décide de produire 300 kg de cacao, il ne peut plus produire que 300 poulets, car il doit partager sa capacité de production par 2.Koffi a l’avantage absolu dans aucun des cas, mais la théorie de Ricardo prouve que les deux ont tout intérêt à commercer l’un avec l’autre, en se spécialisant tous les deux dans le produit pour lequel ils ont l’avantage comparatif.
.
Si Kouassi et Koffi décident de ne pas s’échanger, en dépensant une capacité équivalente pour chaque produit, ils peuvent produire respectivement 300 kg de cacao avec 300 poulets et 250 de cacao avec 125 poulets.
.
On a donc un total de 550 kg de cacao et 425 poulets. Voici ou ça devient intéressant, Ricardo propose de calculer le coût d’opportunité pour chaque produit :si Kouassi veux produire 10 poulets, il renonce à 10 kg de cacao.
.
S’il produit 10 kg de cacao, il perd 10 poulets. Si Koffi veux produire 10 poulets, il renonce à 20 kg de cacao. S’il produit 10 kg de cacao, il perd 5 poulets.Kouassi a donc un meilleur avantage comparatif sur le poulet, en effet, il perd 1kg de cacao en produisant 1 poulet, tandis que Koffi perd 2kg de cacao en produisant 1 poulet.
De son côté, Koffi a un avantage comparatif sur le cacao, il perd 0,5 de poulet en produisant 1kg de cacao tandis que Kouassi perd 1 de poulet en produisant 1kg de cacao.
Si les deux décident d’échanger et de se spécialiser, là où ils ont un avantage comparatif, ils peuvent produire en tout 500 kg de cacao et 600 poulets. La production totale serait donc bien meilleure que si Kouassi et Koffi produisaient chacun de leur côté.
Ricardo a étendu cette théorie au commerce international. Si les pays se spécialisent dans un secteur où ils ont un avantage comparatif et qu’ils échangent librement entre eux, ils bénéficient tous de ce système.
Contrairement aux gens qui disent que l’exportation des matieres premieres n’est pas bien je dis au contraire elle a un enorme avantage si on prend l’argent generé par les exportatations afin de créer des usines de transformations sur place. Sauf que dans nos pays l’argent du petrole est directement reversé sur les comptes Offshores privés des dignitaires et on chante chaque fois comment l’exportation n’est pas bien.
Pour exemple l’Amerique est le premier pays exportateur de soja vers la Chine pourtant ils savent transformer demandez-vous pourquoi ils exportent le soja, le blé ou le mais sans tranformer ?
Comprennez qu’ils le font parce qu’ils ont un avantage comparatif.

Pour que vous puissiez bien comprendre voici un second exemple donné par David Ricardo : « les coûts de production du vin au Portugal représentent 66 % des coûts anglais (c’est-à-dire que cela revient moins cher d’un tiers de produire du vin au Portugal par rapport à l’Angleterre). De même, les coûts portugais pour le drap représentent 90 % des coûts anglais.

L’Angleterre n’a donc pas d’avantage absolu par rapport au Portugal, mais il est plus intéressant que l’Angleterre produise le drap et le Portugal, le vin, car les facteurs de production seront affectés là où ils sont relativement les plus efficaces. »
Le principal enseignement de l’avantage comparatif est que, quelle que soit sa compétitivité nationale, dans une situation de compétition idéale, un pays tirera toujours un avantage à s’ouvrir au commerce international.
C’est la raison pour laquelle cette théorie est utilisée par les partisans du libre-échange contre ceux du protectionnisme. Elle est aussi le fondement de la doctrine de l’Organisation Mondial du Commerce (OMC).
SES LIMITES
Il est vraie que la théorie, Ricardienne est le fondement de la théorie du commerce international, certains économistes trouvent qu’elle est maintenant dépassée.
Sois disant qu’à l’epoque de Ricardo, la libéralisation du capital n’était pas développée et lui-même ne pensait pas que l’argent pouvait traverser les frontières comme aujourd’hui. En plus, ils disent (certains économistes) que cette théorie ne prend pas en compte les coûts annexes, comme le coût du transport, le chômage, la libéralisation du capital, les taxes de douanes.
La mondialisation met donc à mal cette théorie, elle ne prend pas en compte les rapports de force entre partenaires, celui qui perd une production n’en retrouve pas nécessairement une autre suffisante pour la remplacer, les gains pour un pays peuvent disparaître à terme en cas de déclin d’un secteur d’activité où il avait initialement un avantage comparatif.
Si la richesse d’un pays s’accroît, sa répartition au sein des différents acteurs peut évoluer au détriment de certains, comme les plus pauvres. c’est cette théorie qui a été utilisé par les Américains et les Européens pour tromper les Africains afin de déverser la friperie en Afrique. Vous êtes etonnés ?
En remontant le temps on comprend aisément que c’est cette théorie qui a été mis en œuvre en Afrique de la mauvaise manière au début des années 1990 par les experts du FMI et de la Banque mondiale dans le cadre des réformes économiques sous forme de programmes d’ajustement structurel (PAS), que les politiques néo-libérales ont été adoptées.
Depuis cette libéralisation et en raison de la paupérisation des populations, les Africains ont commencé l’achat des articles déjà usagés et cette attitude est devenue un fait social généralisé dans tout le Continent.
Le marché de seconde main s’est étendu à la quasi-totalité des produits modernes (voitures, frigos, ordinateurs, médicaments, Slips, …) VOIR L’ARTICLE QUI PARLE DE LA FRIPERIE EN AFRIQUE
La théorie Ricardienne peut également s’appliquer à tous les acteurs économiques, aux entreprises notamment, aux groupes sociaux et à l’activité humaine en général. Elle est à relier à la tendance à la spécialisation et à la division du travail que l’on constate au sein des sociétés modernes.
Elle donne à l’entreprise une économie d’échelle, mais sans tenir compte de la recette qui viendra par la suite.
L’avantage serait lié à la réputation de la firme. Pour ceux qui me suivent depuis un moment, vous comprenez pourquoi je parle plus du négoce qu’autre chose le but est d’utiliser notre avantage comparatif, car il permet aux entreprises de bien se spécialiser dans une seule production pour éviter les engagements inutiles de ne pas beaucoup produire ou ne pas tenir.
C’est grâce à cette Théorie que nous avons décidé de consacrer 90% de nos formations à la startupane.com uniquement au Négoce grâce à cet avantage comparatif nous avons pu avoir l’avantage absolu. Dites moi qui peut parler du NÉGOCE et on le prend au sérieux si ce n’est Coach Ben ?
.
C’est comme ça qu’on utilise l’avanatage comparatif pour avoir l’avantage absolu
.
Voila comment la théorie Ricardienne a changer notre mode de travail
.
Tout ceux qui ont montrer deux ✌doigts en l’air là je vous vois si vous ne partagez pas cet article au maximum je laisse seulement mon palabre entre les main de dieu onong voila ✌ en l’air
.
Vous avez aimez cet article, sachez que nous parlerons de ces méthodes utilisées dans le négoce lors de notre tourisme entrepreneurial qui aura lieu à Dubaï du 23 au 28 juillet suivez ce lien pour en savoir plus https://bit.ly/3yvwxDv
.
Ernest TCHAKOUTE (Coach Ben) soyons moins ignorant
Douala le 17/06/2021 — 19h29