Dans notre monde dit moderne le mot hospitalitรฉ doit รชtre remplacer par les mots : Dominer, Tuer, exterminer, anรฉantir, Effacer.

PARLONS DES MORIORIS

Les Morioris sont le peuple autochtone des รฎles Chatham d’origine polynรฉsienne, en Nouvelle-Zรฉlande ils arrivent sur l’archipel, alors inhabitรฉ, vers 1500.

Les premiers habitants arrivรจrent sur Les รฎles Chatham fuyant une guerre inter-tribale des Maori ร  Hawaiki, et s’installรจrent sur ces รฎles. La guerre, toutefois, les suivit, embrasant les รฎles Chatham jusqu’ร  ce que Nunuku-whenua (le nom de leur chef qui รฉtait reconnu comme un cรฉlรจbre pacifiste)

Parvienne ร  imposer la paix en รฉdictant la ยซ loi de Nunuku ยป, qui interdisait formellement la guerre, le cannibalisme et toute mise ร  mort. La paix fut ainsi maintenue du XVIe siรจcle ร  la fin du XVIIIe siรจcle, lorsque le monde extรฉrieur dรฉcouvrit les รฎles.

๐™„๐™ก ๐™š๐™จ๐™ฉ ๐™ž๐™ข๐™ฅ๐™ค๐™ง๐™ฉ๐™–๐™ฃ๐™ฉ ๐™™๐™š ๐™ง๐™–๐™ฅ๐™ฅ๐™š๐™ก๐™š๐™ง ๐™ฆ๐™ช๐™š ๐™ก๐™š๐™ช๐™ง ๐™–๐™™๐™–๐™ฅ๐™ฉ๐™–๐™ฉ๐™ž๐™ค๐™ฃ ๐™–๐™ช๐™ญ ๐™˜๐™ค๐™ฃ๐™™๐™ž๐™ฉ๐™ž๐™ค๐™ฃ๐™จ ๐™œeฬ๐™ค๐™œ๐™ง๐™–๐™ฅ๐™๐™ž๐™ฆ๐™ช๐™š๐™จ ๐™™๐™š ๐™กโ€™iฬ‚๐™ก๐™š ๐™– ๐™š๐™ฃ๐™จ๐™ช๐™ž๐™ฉ๐™š ๐™›๐™–๐™ž๐™ฉ ๐™™๐™ž๐™ซ๐™š๐™ง๐™œ๐™š๐™ง ๐™ก๐™š๐™ช๐™ง ๐™˜๐™ช๐™ก๐™ฉ๐™ช๐™ง๐™š ๐™™๐™š ๐™˜๐™š๐™ก๐™ก๐™š ๐™™๐™š๐™จ ๐™ˆ๐™–๐™ค๐™ง๐™ž๐™จ ๐™ฆ๐™ช๐™ž ๐™จ๐™ค๐™ฃ๐™ฉ ๐™ก๐™š๐™ช๐™ง๐™จ ๐™ฅ๐™ง๐™ค๐™˜๐™๐™š๐™จ ๐™ฅ๐™–๐™ง๐™š๐™ฃ๐™ฉ๐™จ.

Le 19 novembre 1835, des embarcations arrivent transportant quelque 500 Maoris. Equipรฉs de fusils, de gourdins et de haches, suivis le 5 dรฉcembre dโ€™un nouveau contingent de 400 Maoris armรฉs.

Ils commencent ร  parcourir les territoires en annonรงant aux habitants des Chatham (Les Morioris) quโ€™ils รฉtaient dรฉsormais leurs esclaves et quโ€™ils les abattraient sโ€™ils se rebellaient.

Bien quโ€™รฉtant beaucoup plus nombreux que les envahisseurs, Les Morioris se rรฉunissent en conseil et choisissent de ne pas se battre comme le recommandait la loi Nunuku, mais de faire une offre de paix et dโ€™amitiรฉ, et de partager leurs ressources.

Malgrรฉ cela les Maoris dรฉcident de passer ร  lโ€™attaque. En quelques jours, ils massacrent des centaines de Morioris. Grillent et mangent un bon nombre de leurs victimes (oui cโ€™est bien du cannibalisme), et rรฉduisirent les autres en esclavage.

๐˜ฟ๐™–๐™ฃ๐™จ ๐™ก๐™š๐™จ ๐™จ๐™š๐™ข๐™–๐™ž๐™ฃ๐™š๐™จ ๐™ฆ๐™ช๐™ž ๐™จ๐™ช๐™ž๐™ซ๐™ž, ๐™ž๐™ก๐™จ ๐™™๐™š๐™ซ๐™–๐™ž๐™š๐™ฃ๐™ฉ ๐™š๐™ญ๐™ฉ๐™š๐™ง๐™ข๐™ž๐™ฃ๐™š๐™ง ๐™ฅ๐™ง๐™š๐™จ๐™ฆ๐™ช๐™š ๐™ฉ๐™ค๐™ช๐™จ ๐™ก๐™š๐™จ ๐™จ๐™ช๐™ง๐™ซ๐™ž๐™ซ๐™–๐™ฃ๐™ฉ๐™จ. ๐™‡โ€™๐™ช๐™ฃ ๐™™๐™š๐™จ ๐™ง๐™š๐™จ๐™˜๐™–๐™ฅeฬ๐™จ ๐™ง๐™–๐™˜๐™ค๐™ฃ๐™ฉ๐™š : ยซ ๐™„๐™ก๐™จ ๐™ค๐™ฃ๐™ฉ ๐™˜๐™ค๐™ข๐™ข๐™š๐™ฃ๐™˜eฬ aฬ€ ๐™ฃ๐™ค๐™ช๐™จ ๐™ฉ๐™ช๐™š๐™ง ๐™˜๐™ค๐™ข๐™ข๐™š ๐™™๐™š๐™จ ๐™ข๐™ค๐™ช๐™ฉ๐™ค๐™ฃ๐™จ. ๐™๐™š๐™ง๐™ง๐™ค๐™ง๐™ž๐™จeฬ๐™จ, ๐™ฃ๐™ค๐™ช๐™จ ๐™–๐™ซ๐™ค๐™ฃ๐™จ ๐™›๐™ช๐™ž ๐™™๐™–๐™ฃ๐™จ ๐™ก๐™– ๐™—๐™ง๐™ค๐™ช๐™จ๐™จ๐™š.

Nous nous terrions dans toutes les cachettes possibles. En vain. Nos ennemis nous dรฉcouvraient et nous tuaient tous โ€” hommes, femmes, enfants โ€” sans discrimination… ยป

Avant cette extermination par les frรจres, il faut savoir que les premiers รฉtrangers ร  atteindre les รฎles Chatham fut les Britanniques. Commandรฉ par un certains WILLIAM ROBERT BROUGHTON, il planta le drapeau britannique, et dรฉclara qu’il en prenait possession au nom du ROI GEORGE III.

Cette premiรจre rencontre se solda par un meurtre. Lorsque TAMAKARORO, un pรชcheur Moriori, fut abattu par les Britanniques ร  la suite d’un malentendu (il faut comprendre la psychologie des gens dโ€™en face).

๐™๐™š๐™ซ๐™š๐™ฃ๐™ค๐™ฃ๐™จ ๐™–๐™ช๐™ญ ๐™ˆ๐™–๐™ง๐™ž๐™ค๐™ง๐™ž๐™จ ๐™ก๐™– ๐™—๐™ง๐™ช๐™ฉ๐™–๐™ก๐™ž๐™ฉeฬ ๐™š๐™ฉ ๐™ก๐™š ๐™ข๐™–๐™จ๐™จ๐™–๐™˜๐™ง๐™š ๐™ฅ๐™ง๐™ž๐™ฉ ๐™ฉ๐™ง๐™ค๐™ž๐™จ ๐™™eฬ๐™˜๐™š๐™ฃ๐™ฃ๐™ž๐™š๐™จ ๐™Ÿ๐™ช๐™จ๐™ฆ๐™ช’aฬ€ ๐™˜๐™š ๐™ฆ๐™ช๐™š ๐™ก๐™š ๐™ฃ๐™ค๐™ข๐™—๐™ง๐™š ๐™™๐™š ๐™ˆ๐™ค๐™ง๐™ž๐™ค๐™ง๐™ž ๐™จ๐™ช๐™ง๐™ซ๐™ž๐™ซ๐™–๐™ฃ๐™ฉ๐™จ ๐™ฅ๐™–๐™จ๐™จ๐™š ๐™จ๐™ค๐™ช๐™จ ๐™ก๐™– ๐™—๐™–๐™ง๐™ง๐™š ๐™™๐™š๐™จ 100 ๐™–๐™ช ๐™™eฬ๐™—๐™ช๐™ฉ ๐™™๐™š๐™จ ๐™–๐™ฃ๐™ฃeฬ๐™š๐™จ 1860.

Dans les annรฉes 1850 Les Morioris survivants appellent au secours des Britanniques. Finalement en 1863 les anglais leurs apportent finalement de lโ€™aide en stoppant le massacre par leur frรจres, Maoris, les NGATI MUTUNGA et les NGATI TAMA qui avaient dรฉcidรฉ dโ€™en finir avec eux une fois pour toute sur lโ€™รฎle. Et les Britanniques finissent par รฉmanciper officiellement les quelques dizaines d’esclaves Morioris survivants.

๐™€๐™ ๐™‡โ€™๐™ƒ๐™„๐™Ž๐™๐™Š๐™„๐™๐™€ ๐™‰๐™€ ๐™Žโ€™๐˜ผ๐™๐™๐™€๐™๐™€ ๐™‹๐˜ผ๐™Ž ๐™‡๐˜ผ.

Malgrรฉ leur รฉmancipation, la Couronne reconnaissait la possession par les deux Maoris des terres des รฎles Chatham. Les Morioris firent donc appel au Native Land Court. Tribunal chargรฉ de statuer au sujet de la propriรฉtรฉ fonciรจre indigรจne en Nouvelle-Zรฉlande (sachez que lโ€™Angleterre colonise la Nouvelle-Zรฉlande).

Au dรฉbut des annรฉes 1870, la cour dรฉcrรจte que les terres des รฎles chatham appartenaient ร  97,3 % aux MAORI NGATI MUTUNGA.

Arguant qu’elle ne pouvait que confirmer l’รฉtat de fait qui avait existรฉ au moment de la signature du traitรฉ de WAITANGI en 1840 (Le traitรฉ de Waitangi fut signรฉ le 6 fรฉvrier 1840 ร  Waitangi, dans la baie des รŽles, en Nouvelle-Zรฉlande. Entre les reprรฉsentants de la couronne britannique et les chefs de la Confรฉdรฉration des Tribus unies de Nouvelle-Zรฉlande ainsi que d’autres chefs tribaux Maoris.)

Les Morioris furent ainsi officiellement dรฉpossรฉdรฉs de leurs terres ancestrales (ne pleurez pas encore le plus dure arrive.)

๐™‡๐˜ผ ๐˜ฟ๐™„๐™Ž๐™‹๐˜ผ๐™๐™๐™๐™„๐™Š๐™‰ ๐˜ฟ๐™€ ๐™‡๐˜ผ ๐˜พ๐™๐™‡๐™๐™๐™๐™€ ๐™ˆO๐™๐™„๐™Š๐™๐™„

Nโ€™oubliez pas quโ€™ils restaient moins de 100 habitants sur terre et cโ€™est en 1860 que les ethnologues de toute urgence, commencent ร  s’intรฉresser ร  la langue et ร  la culture Moriori. Il enregistrent les traditions, l’histoire, le vocabulaire et les chants que leur communique un rescapรฉ du nom de HIRAWANU TAPU, porte-parole de son peuple. Le drame arrive en 1900 ou il dรฉcรจde et la culture Moriori disparait dรฉfinitivement de la surface de la terre.

๐˜ฟ๐™„๐™Ž๐™‹๐˜ผ๐™๐™„๐™๐™„๐™Š๐™‰ ๐˜ฟ๐™ ๐˜ฟ๐™€๐™๐™‰๐™„๐™€๐™ ๐™ˆ๐™Š๐™๐™„๐™Š๐™๐™„ ๐™Ž๐™๐™ ๐™๐™€๐™๐™๐™€

Il grandit dans la rรฉserve Moriori ร  Manukau, dans une communautรฉ d’ร  peine vingt-cinq personnes. Seul enfant de sa fratrie ร  atteindre l’รขge adulte.

Sa scolaritรฉ cesse en 1897, pour travailler la terre familiale aux cรดtรฉs de son pรจre et aider ce dernier ร  s’occuper de sa mรจre, souffrant de maladie chronique.

En 1900, il est l’un des douze derniers Moriori NON-Mร‰TISSร‰S. ยซ Fort et รฉnergique ยป, il s’adonne au rugby. Jeune homme tumultueux, il rencontre ยซ des problรจmes avec les forces de l’ordre ยป au dรฉbut des annรฉes 1900. En septembre 1903 il รฉpouse Ada Fowler, une femme Maori de la tribu Ngai Tahu, et entreprend un apprentissage comme รฉleveur de moutons.

Il hรฉrite de la ferme de son pรจre ร  la mort de ce dernier en 1915, et prospรจre comme fermier, รฉlevant ร  la fois des moutons, du bรฉtail et des chevaux. ร€ mesure que ses voisins Moriori รขgรฉs dรฉcรจdent, il hรฉrite de leurs terres รฉgalement.

UNE NOUVELLE TRAGร‰DIE

Sa femme meurt รฉgalement en 1915, et il รฉpouse en secondes noces la niรจce de celle-ci, Whakarawa Fowler, dont il aura cinq enfants. Dans les annรฉes 1920, il est le DERNIER MORIORI SUR TERRE, le dรฉpositaire de la culture de ce peuple. Bien qu’il soit ยซ culturellement maori ยป plutรดt que Moriori ร  bien des รฉgards, des ethnologues qui s’intรฉressent ร  la culture Moriori lui rendent visite;

Les personnes d’ascendance Moriori le considรจrent souvent comme leur chef. Jouissant ainsi d’un important mana, il est une figure respectรฉe. Il s’implique dans la vie de la communautรฉ des รฎles Chatham : membre du comitรฉ de l’รฉcole locale, membre du conseil de contรฉ de ces รฎles en 1925, et entraรฎneur de l’รฉquipe de football locale.

๐˜ฟ๐™š๐™ซ๐™š๐™ฃ๐™ช ๐™˜๐™ค๐™ง๐™ฅ๐™ช๐™ก๐™š๐™ฃ๐™ฉ, ๐™ž๐™ก ๐™ข๐™š๐™ช๐™ง๐™ฉ aฬ€ ๐™จ๐™ค๐™ฃ ๐™™๐™ค๐™ข๐™ž๐™˜๐™ž๐™ก๐™š ๐™š๐™ฃ 1933, aฬ€ ๐™ก’aฬ‚๐™œ๐™š ๐™™๐™š 48 ๐™–๐™ฃ๐™จ ๐™จ๐™š๐™ช๐™ก๐™š๐™ข๐™š๐™ฃ๐™ฉ, ๐™™’๐™ช๐™ฃ ๐™–๐™ง๐™งeฬ‚๐™ฉ ๐™˜๐™–๐™ง๐™™๐™ž๐™–๐™ฆ๐™ช๐™š. ๐˜ผ๐™ž๐™ฃ๐™จ๐™ž ๐™ข๐™š๐™ช๐™ง๐™ฉ ๐™๐˜ผ๐™ˆ๐™€ ๐™ƒ๐™Š๐™๐™Š๐™ˆ๐™Š๐™‰๐˜ผ ๐™ก๐™š ๐™™๐™š๐™ง๐™ฃ๐™ž๐™š๐™ง ๐™ˆ๐™Š๐™๐™„๐™Š๐™๐™„ ๐™™๐™š ๐™ฅ๐™ช๐™ง-๐™จ๐™–๐™ฃ๐™œ ๐™จ๐™ช๐™ง ๐™ฉ๐™š๐™ง๐™ง๐™š. ๐™‡โ€™๐™š๐™ญ๐™ฉ๐™ž๐™ฃ๐™˜๐™ฉ๐™ž๐™ค๐™ฃ ๐™™โ€™๐™ช๐™ฃ ๐™ฅ๐™š๐™ช๐™ฅ๐™ก๐™š ๐™š๐™จ๐™ฉ ๐™ฉ๐™งeฬ€๐™จ ๐™›๐™–๐™˜๐™ž๐™ก๐™š

Conclusion partielle.

Vous vous dites sans doute les Morioris on disparut parce quโ€™ils ont รฉtรฉ envahis. En quoi ils ont รฉtรฉ hospitalier ?
Je me garde de conclure totalement ici la fin du texte vous fera mieux comprendre pourquoi et comment lโ€™hospitalitรฉ est une fatalitรฉ pour les peuples

Dans la deuxiรจme partie je vous parlerais des autres peuples qui ont รชtes rayรฉs de la surface de la terre. Pourquoi l’hospitalitรฉ est pour les faibles surtout comment les religions encouragent le gรฉnocide des peuples hospitaliers.

TAME HOROMONA รฉtait mieux connu sous son nom anglicisรฉ de Tommy Solomon

Coach Ben
Douala le 23/04/2020 โ€“ 20h04
.
NOUBLIEZ PAS DE PARTAGER